Un homme ordinaire.....qui exerce un métier extraordinaire

, par  Mme CESCO , popularité : 8%

C’est ainsi que s’est présenté Arthur Ténor, écrivain pour la jeunesse qui a passé la journée du 2 avril au collège et animé avec enthousiasme quatre rencontres devant les élèves de 4ème et de 3ème, et ceux du club des Incorruptibles.

Chaque classe, qui depuis la Toussaint a lu plusieurs de ses livres, avait préparé avec soin une surprise différente  :

  • il a été dès 9 h accueilli comme le candidat d’un jeu télévisé : le "Ténor quizz" où il a été mis au défi de retrouver des titres de ses livres grâce à un jeu de cartes réalisé et illustré par les élèves.
  • il a écouté avec plaisir la lecture de textes rédigés par les élèves autour de ses livres : de bonnes critiques et même une autre fin pour un de ses romans !
  • il a été spectateur d’une mise en scène haletante du début d’un de ses thrillers.
  • enfin une émission de radio enregistrée en direct ! lui a proposé une interview imaginaire de...lui-même, pleine d’humour.

Le tout dans la mezzanine du CDI, décorée des affiches réalisées sur ses livres tout au long de l’année.

Autant d’occasions données à l’auteur, très admiratif du travail des élèves, de parler de lui, de son métier, de ses livres, et de répondre aux questions
.

"Je suis payé pour m’amuser ! Je voyage beaucoup, pour rencontrer mes lecteurs, mais aussi dans le temps quand je crée des mondes imaginaires....ou quand je situe mon histoire dans le passé, à la préhistoire ou à la cour du Roi-Soleil par exemple."

Mais l’imagination ne suffit pas : des recherches historiques sont souvent nécessaires : il ne s’agirait pas de "faire manger des pommes de terre à Louis XIV !"

Les élèves ont découvert avec beaucoup de surprise son passé scolaire de cancre
,
qu’il a évoqué avec beaucoup d’humour : "J’étais toujours 1er ou deuxième....oui mais en commençant par la fin !", le travail acharné qu’il a mené depuis ses 18 ans : "J’ai même demandé un dictionnaire comme cadeau de Noël !" avant de devenir l’un des quelques écrivains pour la jeunesse français suffisamment reconnus pour vivre de leur plume.

Sans toutefois pouvoir s’offrir une vraie Ferrari : les élèves ont été stupéfaits lors de ses explications sur le circuit d’un livre, du pourcentage dérisoire touché par les écrivains sur chaque livre édité.

Il a raconté ses 9 heures de travail quotidien, 6 jours sur 7
« Jamais de télé le soir ! », et comment un livre naît en six semaines environ, les deux premières à chercher l’inspiration sur sa terrasse, les deux dernières étant consacrées à la relecture et réécriture.

Il a évoqué la naissance de son inspiration, par exemple pour le roman « Harcèlement » :

un fait divers tragique , celui du suicide d’une adolescente victime de harcèlement, l’a ramené des années en arrière, où lui-même élève, témoin en 4ème de faits similaires, n’a pas eu la bonne attitude....

Les élèves ont ri lorsqu’il a aussi mimé le dédoublement de personnalité de l’écrivain, la lutte entre Arthur, qui veut trucider tous ses personnages, et Christian (son vrai prénom), plus mesuré, qui tente en vain de l’en empêcher !

Il a enfin délivré aux élèves les recettes de sa réussite : la lucidité et la volonté, qui permettent l’éclosion du talent caché en chaque personne.

Pour terminer, chaque enfant a pu faire dédicacer son livre.

Voir en ligne : article JSL

Navigation